Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.

Le plan Deeptech

L’idée qui sous-tend le plan Deeptech, c’est le fait que les start-up sont le bon moyen pour transformer les innovations de rupture qui émergent des laboratoires de recherche, dans le monde économique et dans la société. L’objectif est donc d’être capable de répondre aux enjeux économiques et sociaux et aux enjeux de développement durable auxquels nos sociétés sont confrontées. Pour réussir cette transformation du laboratoire jusqu’au marché, des moyens, des besoins d’accompagnateurs et de facilitateurs sont nécessaires. Du côté Bpifrance, cela fait de nombreuses années que nous finançons les entreprises innovantes.

L’idée avec ce projet, est de mettre un focus sur les entreprises Deeptech, les jeunes start-up Deeptech, de leur donner des moyens spécifiques pour les aider. Elles ont besoin de temps avant de devenir rentables, de lever des fonds, de séduire des investisseurs. Ce temps est long et implique nécessairement un accompagnement spécifique jusqu’à ce que ces entreprises trouvent leur marché, leur positionnement, voire leur rachat par une entreprise. Le plan Deeptech apporte donc un support financier conséquent, l’état a mis beaucoup d’argent sur la table, ça se compte en milliards, à la fois en investissements directement dans les start-up Deeptech, ou en fond.

Le Deeptech Tour, c’est l’opportunité de rencontrer les écosystèmes et de leur dire « travaillons ensemble, entre nous qui sommes les financiers et vous qui êtes à l’émergence des projets.»

Il y a beaucoup de moyens financiers mais l’ensemble des acteurs de la chaîne de valeur est fondamental, c’est ce que je nomme l’écosystème et dont nous avons peu parlé lors des tables rondes. Il s’agit du chercheur, de l’accompagnateur, de l’organisme de transfert technologique, de l’université, de l’investisseur, du financeur, des grands groupes aussi. Tous ces protagonistes finalement travaillent ensemble, parlent la même langue, se comprennent lorsqu’ils développent une start-up Deeptech. Le Deeptech tour fait partie des dispositifs mis en place. C’est l’opportunité de rencontrer les écosystèmes et de leur dire « travaillons ensemble, entre nous qui sommes plutôt les financiers et vous qui êtes à l’émergence des projets ».

Ce qui motive les chercheurs

Beaucoup de chercheurs ont envie que leurs travaux de recherche impactent la société

L’enseignement n’intègre pas cette dimension, un peu cependant via Pépite France. La situation évolue toutefois via des dispositifs comme i-PHD, le concours que nous avons lancé pour la première fois cette année.

Les échanges que nous avons eus avec les chercheurs qui ont créé leurs entreprises montrent que beaucoup ont envie que leurs travaux de recherche impactent la société, servent à quelque chose et qu’ils participent à répondre aux enjeux actuels. La solution n’est pas forcément dans la création de sa propre entreprise mais qu’ils y collaborent. La loi PACTE a quand même un peu changé les règles et facilite la collaboration de projets. La façon dont l’employeur, l’université, l’organisme de recherche gère ses ressources humaines prend en compte cette nouvelle organisation. Nous ne sommes pas les protagonistes mais nous sommes convaincus que la loi de programmation pluriannuelle sur la recherche devrait adresser ce sujet vers une meilleure valorisation auprès des chercheurs. Il y a pour celui qui participe à fonder son entreprise des possibilités de prendre part au capital et d’être intéressé dans sa réussite. Il peut aussi y avoir un retour financier non négligeable qui vient s’ajouter à un salaire pour ceux qui restent dans leurs laboratoires de recherche, pour partie. Des mécanismes de partage de la valeur se mettent en place, c’est sûrement perfectible. Mais plus il y aura de chercheurs qui auront envie que leurs contributions soient transférées dans la société lorsqu’elles répondent à des enjeux de société auxquels nous devons faire face aujourd’hui, plus ils se mobiliseront aussi vis-à-vis de leurs employeurs. Les employeurs trouveront conjointement les bonnes solutions pour que ces allers-retours puissent avoir lieu éventuellement. Il serait ainsi possible que l’on soit chercheur pendant un temps et qu’à un moment donné on se lance dans cette aventure avec quelqu’un qui a peut-être un profil plus business pour sécuriser le projet et faire qu’il soit mieux adressé aux marchés potentiels, et ensuite peut-être de revenir au sein des laboratoires de recherche. Mais ce sont vraiment des sujets qui doivent être envisagés dans la relation avec les employeurs.

Le Deeptech Tour à Rennes

Nous faisons le tour de ces écosystèmes. Nous sommes ici à Rennes parce que c’est un des grands écosystèmes académiques français. Il est dynamique, présente un grand nombre d’acteurs, de nombreuses spécificités, notamment sur la santé, le numérique, la cybersécurité. Il fait partie d’un territoire où, nous le pensons, il y a un potentiel important d’émergence et de développement des start-up Deeptech. Il est donc tout fait naturel de venir échanger avec les acteurs de ce territoire pour démarrer une relation durable dans le cadre du développement des start-up Deeptech.

La mixité des profils, facteur de réussite

La mixité des profils est fructueuse, elle crée parfois des tensions en interne, mais quand elles sont positives, cette situation est la plus efficiente.

L’expérience nous indique que les start-up Deeptech qui marchent, qui sont les plus performantes, sont celles où une équipe de deux trois fondateurs s’est constituée avec des profils différenciés. Il arrive parfois que le chercheur va avoir une vraie appétence pour la partie business, qu’il va se former, qu’il va être capable d’adresser tous les profils, mais objectivement, c’est une minorité. Au moment où le chercheur a envie de transformer ses résultats et de monter son entreprise, il va rencontrer d’autres acteurs. Il y a différents outils, différents lieux, les SATT participent à ces rencontres, mais d’autres facteurs rentrent en ligne de compte. Des relations se créent, parfois parce qu’il y a amitié, deux copains qui vont monter leur projet ensemble, c’est une histoire humaine. La mixité des profils est fructueuse, elle crée parfois des tensions en interne, mais quand elles sont positives, – notre expérience nous le montre – cette situation est la plus efficiente.

bibliographie

Pépite france https://www.pepite-france.fr/pepite-france
i-PHD : https://www.bpifrance.fr/A-la-une/Appels-a-projets-concours/Concours-d-innovation-i-PhD-46818
loi PACTE : https://www.economie.gouv.fr/plan-entreprises-pacte
loi de programmation pluriannuelle sur la recherche : https://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid140044/www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid140044/www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid140044/loi-de-programmation-pluriannuelle-de-la-recherche-la-consultation-est-ouverte.html
SATT : https://www.satt.fr/

Comments are closed, but trackbacks and pingbacks are open.