Charles Braine, repenser l'économie de la mer

Charles Braine, repenser l'économie de la mer

Porteur de Cause Place Publique – Charles Braine

Experts légitimes pour parler d’un sujet, qui n’ont pas forcément un passé politique, mais qui de par leur parcours de vie ont une expertise, ont des connaissances, une expérience particulière, Charles Braine explique le rôle des porteurs de causes au sein du mouvement Place Publique.

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
Charles Braine – Porteur de Cause Place Publique

Qu’est qu’un porteur de cause ?

Je suis porteur de cause à Place Publique, on est une vingtaine de porteurs de causes à l’origine de l’appel que le mouvement a lancé début novembre, on vient d’horizons complètement différents, et le but du jeu c’est qu’on soit des personnes, j’ai un peu de mal à le dire, mais qui soient légitimes pour parler d’un sujet. On n’aura pas chacun la voix toute puissante sur le sujet en question, parce qu’on a vocation à Place Publique à faire remonter des idées et à travailler collectivement sur la réflexion et sur les propositions programmatiques qui seront la base de notre pensée, mais il nous fallait au départ et il nous faudra des personnes qui sont légitimes, qui n’ont pas forcément un passé politique, mais qui de par leur parcours de vie ont une expertise, ont des connaissances, une expérience particulière dans des domaines hyper larges que sont l’accueil des migrants, la pêche pour moi,l’économie, la culture. Tous les sujets sont balayés, on a un maire d’une ville d’Alsace qui a expérimenté la démocratie participative. Tous ces domaines sont « incarnés » au moins au départ du mouvement par ces porteurs de causes.

Votre expérience est atypique, qu’est qui vous a conduit à vous engager en politique ?

Mon engagement en politique n’est pas quelque chose de naturel. Ce n’était clairement pas une volonté de ma part. Je n’ai jamais eu envie de ça en me rasant le matin, au contraire. J’étais plutôt réticent à la politique, mais mon parcours professionnel et mes engagements en bénévole dans le secteur de la pêche m’ont conduit un petit peu à faire à peu près tous les métiers sur la filière que cela soit le commerce de poissons, que ce soit l’expertise en bureau d’étude, j’ai été militant salarié pendant quatre ans dans une grosse ONG environnementale qui s’appelle le WWF où j’ai essayé concrètement de faire changer les choses en portant médiatiquement des sujets, des solutions de transition avec beaucoup de désillusions, malheureusement sur l’efficacité de nos actions. Donc ensuite je me suis engagé en me disant mais peut-être que, via le monde économique, en devenant moi-même marin-pêcheur, en essayant de montrer qu’on peut faire autrement, on pourra peu être être plus efficace pour essayer de porter cette transition concrète. Donc je suis parti à la pêche, j’ai essayé de développer une technique de bateau assez low-tech avec un minimum de matériel, un minimum de consommation de gasoil, une valorisation maximale tout en essayant de conserver aussi un bien-être personnel, en essayant de voir mes enfants, ma compagne, d’avoir du temps pour moi et à côté de ça travailler sur une association de professionnels qui aurait pour vocation de promouvoir cette pêche à petite échelle, du moins dans la bande côtière pour pouvoir maximiser les emplois, essayer de permettre à un plus grand nombre d’en vivre tout en essayant de faire remonter l’état des stocks et la qualité de la biodiversité marine. Malgré tous les efforts que j’ai pu mener à la fois sur mon bateau et à la fois dans l’association que j’ai montée et que j’ai aidée à développer, encore une fois je me suis confronté en fait au poids de l’établishment, une forme de lobby qui est très présent dans l’interprofession, dans les décisions qui sont prises à Paris et à Bruxelles pour ce qui concerne le secteur de la pêche. Et donc je n’ai pas réussi collectivement avec mes compagnons associatifs ou professionnels à insuffler et déclencher cette transition.

J’ai refait ma vie professionnelle, j’ai travaillé dans d’autres domaines. Aujourd’hui, je fais du conseil entre l’environnement de la mer et la pêche, mais j’ai gardé pas mal d’activités bénévoles. Je suis par exemple administrateur de France Nature Environnement sur ces questions là, et encore une fois je vois la limite de l’exercice et en face de cette limite l’urgence qui se rapproche de plus en plus. Donc, mon engagement personnel dans Place Publique, c’est bien le fait que j’ai la sensation aujourd’hui qu’on n’a plus le temps d’attendre et qu’il faut donc collectivement prendre le pouvoir pour mettre en place les réelles solutions de transition dont la planète et l’espèce humaine a besoin.

Quelle est la fonction du porteur de cause, ses missions ?

Je ne crois pas que la vocation de porteur de cause soit une manière implicite de devenir un jour élu de quelque niveau que ce soit. La question en fait de qui sera un jour sur une liste aux Municipales, aux Législatives, aux Européennes n’est clairement pas notre priorité au départ. On ne se positionne pas, les vingt signataires du départ, comme de façon naturelle les prochains titulaires des listes. Ces décisions-là se prendront collectivement. Sinon rien ne nous différencie d’un parti politique classique. C’est plutôt pour porter et faire connaître, travailler et médiatiser les sujets que nous avons besoin de ces porteurs et porteuses de causes.

N’avez-vous pas peur des désillusions comme celles de Nicolas Hulot ?

Personnellement, je n’ai pas peur de désillusions comme Nicolas Hulot, parce que si nous arrivions collectivement au pouvoir, nous serions tous convaincus des quatre urgences de Place Publique et il n’aurait donc pas un ministre ou une ministre de l’écologie minoritaire dans un gouvernement pour qui l’écologie n’est pas du tout un sujet de prédilection. Donc j’espère qu’un jour, si nous arrivons collectivement à gouverner la France, l’Europe j’espère que ces idées-là seront portées politiquement. Il n’y aura pas de cas isolé d’un seul ou d’une seule homme ou femme politique portant ces sujets.

Place Publique est le lieu de tous les débats, sur tous les sujets où nous souhaitons que chacun se réapproprie sa citoyenneté et redonner un sens noble à l’engagement politique pour trouver des solutions face aux quatre urgences qui nous menacent.

Charles Braine est Porteur de cause Place Publique pour une pêche durable

https://place-publique.eu/les-causes/urgence-ecologique/
Licence Creative Commons
Porteur de Cause Place Publique – Charles Braine de Jean-Pierre Lorphelin est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Pour citer cet article :
Jean-Pierre Lorphelin, "Porteur de Cause Place Publique – Charles Braine", Capsentis TV, https://capsentis.tv/economie/porteur-de-cause-place-publique-charles-braine/

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer