Charles Braine, repenser l'économie de la mer

Charles Braine, repenser l'économie de la mer

Charles Braine, repenser l’économie de la mer

Invité du premier Café de la Place organisé par Place Publique Rennes, Charles Braine nous livre ses réflexions sur une économie de la mer. À partir de la pêche, son thème de prédilection, il élargit débat et nous invite à réfléchir collectivement sur les différents usages de la mer.

Contenu non disponible.
Merci d’accepter les cookies en cliquant sur « Accepter » sur la bannière.
Charles Braine, repenser l’économie de la mer

La mer est essentielle à la Bretagne et aux Bretons et effectivement il faut absolument qu’on arrive à regagner, à redonner un dynamisme maritime à notre région

La mer source d’alimentation

Sur le domaine de l’alimentation, on a forcément encore une fois la pêche qui arrive en premier, mais il y a d’autres réflexions à mener. La première d’entre elles c’est pour moi déjà, vraiment, ne pas faire d’erreur quand on pêche, c’est-à-dire tout ce qui peut être rejeté comme poisson qui serait consommable. On peut parler aussi du poisson, alors c’est plus large qu’en Bretagne, qui est pêché pour être transformé en farine ou en huile de poisson et qui donnera à terme du saumon ou des poulets ou des cochons industriels. Mais le ratio n’est pas de un pour un, il n’y a pas un kilo de poisson pêché qui donnera un kilo de cochon. C’est peu être aussi une logique à réinventer, même à casser parce qu’il faut que ce produit rare aille, quand il est prélevé, dans l’assiette des consommateurs. Après il y a des réflexions à avoir sur une aquaculture nouvelle, moderne, pourquoi pas multitrophique et travailler sur les algues, sur les coquillages, sur les poissons qui seraient complémentaires, idéalement sans intrants antibiotiques évidemment, sans intrants aussi de farines et d’huiles de poissons issues de la pêche sinon on ne solutionne pas le problème. Donc il y a tout un champ à investiguer, des experts ont déjà commencé à inventer des solutions, testons-les en Bretagne pour inventer un mode alimentation qui soit le moins important et le plus diversifié pour la Bretagne et les Bretons

La mer et les biotechnologies

Le mot biotechnologie est souvent très mis en avant par nos politiques, il faut faire très attention à ce que l’on dit et être bien vigilant quand on parle de ces biotechnologies. Il y a plein de nouvelles choses à découvrir dans les océans, mais toujours réfléchir à l’impact que pourrait avoir l’exploitation de ces minerais, de ses algues sur la biodiversité et sur les activités que nous souhaitons garder.

Repenser le transport maritime

Alors évidemment on a parlé de la pêche, c’est essentiel, mais on voit les questions liées notamment aux émanations de CO2 dues aux transports. Il y a des initiatives qui sont en train de naître pour remettre du cabotage ou du transport maritime à la voile par exemple. Il faut changer de prisme, on ne sera plus dans le monde de l’immédiateté parce que forcément aller à la voile ça va moins vite, par contre ce sera des transports quasiment vierges en émanations de CO2.

Les énergies marines renouvelables

Il y a la question des énergies, en préalable il faut quand même dire qu’il faut que l’on réduise notre consommation d’énergie, mais si on doit transformer ou améliorer le mix énergétique français, il faut forcément aller sur l’énergie marine renouvelable, alors pas dans n’importe quelle condition, il faut regarder aussi les impacts sur la biodiversité, les impacts de conflits d’usage, Où est ce qu’on mettra des fermes éoliennes ou des usines marémotrices. On va forcément impacter des activités déjà préexistantes. Mais collectivement réfléchissons aux énergies marines les moins impactantes pour la biodiversité, les moins impactantes pour l’économie déjà en place et trouvons des solutions pour améliorer notre qualité de production d’énergie.

La Bretagne dans l’Europe

J’entends souvent que la Bretagne n’est pas suffisamment intégrée dans l’Europe, notamment dans les routes de transport, Alors qu’elle a toutes les qualités pour parce qu’elle est un point d’ancrage à l’ouest de l’Europe qui peut être entre la péninsule Ibérique et les îles Anglo-saxonnes et l’entrée Manche et mer du Nord, évidemment une plaque intéressante en tant que transport. Encore une fois il faut faire attention, il ne faut pas le faire n’importe comment ce développement, il faut le promouvoir évidemment, mais toujours en ayant le soucis d’avoir le moindre impact, notamment quand on va développer des nouvelles installations sur les ports : tout ce qui va être dragage, tout ce qui va être avancée des polders sur la mer qui vont mettre en périls les écosystèmes, faire bien attention à avoir le moindre impact sur la biodiversité.

Penser collectivement les usages de la mer

Il y a effectivement un énorme enjeu du partage de l’espace du conflit d’usage sur les océans. Sur ce qui être du domaine maritime français, il faut réinventer déjà. Là on parle des doutes miles marin des deux cents miles pour la zone économique exclusive. On peut essayer de réfléchir, à Place Publique on a une urgence démocratique, c’est typiquement un cas d’école : comment on réfléchit collectivement, comment on prend une décision collectivement pour pouvoir concilier pêche, tourisme, aquaculture, production d’énergie marine renouvelable. Tout est à inventer, mais on a par le passé de bons exemples qu’on peut déjà imaginer, notamment je pense aux prud’homies de pêche en Méditerranée ou collectivement, les marins pêcheurs se répartissaient les espaces, essayaient de mettre en « jachère » certaines zones. On pourrait très bien imaginer une assemblée où il y aurait à la fois des professionnels mais aussi des citoyens, parce que la mer concerne tout le monde, pas que ceux qui en vivent, des scientifiques, des politiques et qui pourraient collectivement essayer de trouver des solutions pour que l’on ait un usage adéquat, que tout le monde ne sente pas lésé. Mais les questions maritimes, je le rappelle, concernent tous les citoyens, pas uniquement ceux qui en vivent !

Charles Braine est Porteur de cause Place Publique pour une pêche durable

https://place-publique.eu/
Licence Creative Commons
Charles Braine, repenser l’économie de la mer de Jean-Pierre Lorphelin est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Pour citer cet article :
Jean-Pierre Lorphelin, "Charles Braine, repenser l’économie de la mer", Capsentis TV, https://capsentis.tv/economie/economie-de-la-mer/

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer